Banner

« Takuba », nouvelle Force antiterroriste au Sahel africain

0

« Takuba » veut dire « sabre » en « tamacheq », langue berbère parlée principalement par les Touaregs du Mali.

Tunis (dpa) – Une « Task Force », composée principalement de forces spéciales européennes, visant à assister les forces armées maliennes dans la lutte contre les groupes terroristes, vient d’être créée. Lancée officiellement le 27 mars 2020, cette force est dénommée « Takuba » qui veut dire « sabre » en « tamacheq », langue berbère parlée principalement par les Touaregs du Mali.

Son lancement a été annoncé dans une déclaration commune publiée par 11 pays européens (France, Allemagne, Belgique, Danemark, Estonie, Norvège, Pays-Bas, Portugal, républiqueTchèque, Royaume-Uni et Suède) et 2 pays du Sahel africain (Mali et Niger). Ces pays ont convenu de mettre sur pied cette « Task Force », à la demande du président malien Ibrahim Boubacar Keita, et de son homologue nigérien Mahamadou Issoufou.

C’est que le Mali et le Niger sont confrontés à une recrudescence d’actes terroristes menés par des groupes djihadistes liés à « Al-Qaïda » et à « l’État islamique ». « Takuba » sera principalement composée de forces spéciales européennes soutenues par des moyens essentiels fournissant « un haut niveau d’autonomie », selon la déclaration commune.

« Takuba » et ses partenaires internationales

Jusqu’à présent, 6 pays européens (France, Belgique, Danemark, Estonie, Pays-Bas et Portugal) ont confirmé leur participation à cette Task Force. La Suède qui envisage d’y contribuer, attend l’accord de son parlement. Selon des médias français, « Takuba » devrait réunir 500 membres dont une centaine de français.

Cette force opèrera dans la région du « Liptako-Gourma », une zone située à cheval sur les frontières communes du Mali, du Burkina et du Niger, où sont actifs des groupes terroristes tels que « l’État islamique au grand Sahara » (EIGS) et « le Rassemblement pour la victoire de l’Islam et des musulmans » (RVIM). Elle sera placée sous le commandement de l’opération « Barkhane » (conduite par l’armée française) composée d’environ 5100 militaires, dont la mission est de lutter contre les groupes armés terroristes au Sahel.

« Takuba » devrait appuyer les efforts actuellement déployés par l’opération Barkhane et la « Force conjointe » du Groupe des cinq pays du Sahel (G5 Sahel). Sa création s’inscrit dans le droit fil du premier pilier « lutter contre les groupes armés terroristes » de la « Coalition pour le Sahel ». Cette « Coalition » a été lancée lors du sommet de « Pau » (France) le 13 janvier 2020, par les chefs d’État de la France, du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Rôle clé dans l’autonomisation des forces armées locale

Selon ses initiateurs, la Task Force Takuba devrait atteindre sa capacité opérationnelle « initiale » l’été 2020 et sa « pleine capacité opérationnelle » début 2021. Elle pourra « agir rapidement et s’adapter face à l’évolution de la menace représentée par les groupes terroristes » et « jouera un rôle clé dans l’autonomisation rapide des forces armées locales ».

Elle « conseillera, assistera et accompagnera » les forces armées maliennes, en coordination avec les partenaires du G5 Sahel, la mission de l’ONU (MINUSMA) et les missions de l’Union européenne (EUTM MaliEUCAP Mali et EUCAP Niger), « en s’appuyant, pour ce faire, sur une base légale robuste conforme au droit international ».

DPA

Leave A Reply

Your email address will not be published.