Banner

Burkina Faso : Projet d’amélioration de l’employabilité des jeunes et des femmes dans la filière mangue

0

Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme « Archipelago », une « initiative africaine et européenne pour la formation professionnelle ».

Un projet baptisé « Archipelago mangue » visant à contribuer à l’amélioration durable de l’employabilité des femmes, des jeunes, et des migrants de retour au bercail, par le développement de la filière mangue, a été lancé, le 16 juillet 2020, au Burkina Faso. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme « Archipelago », une « initiative africaine et européenne pour la formation professionnelle », financée par le « Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique ».

D’une durée de 30 mois, le projet « Archipelago mangue » qui s’adresse aux jeunes burkinabè dont l’âge se situe entre 15 et 40 ans, sera déployé dans les régions des Cascades, des Hauts Bassins (ouest) et du Centre, selon des médias locaux. Il sera axé essentiellement sur la facilitation de l’insertion socioprofessionnelle des femmes, des jeunes et des migrants de retour au Burkina Faso, à travers une offre de formation technique et professionnelle adaptée aux besoins de la filière mangue.

Il portera notamment sur l’amélioration des performances des entreprises de la filière par le renforcement des capacités des chefs d’entreprises et leurs employés, le développement de nouveaux services et la mise en relation des milieux d’affaires des régions des Cascades, des Hauts Bassins et du Centre avec des entreprises de la région « Auvergne-Rhône-Alpes », située au sud de la France.

Doté d’un budget de 15 millions d’euros, le programme européen « Archipelago » s’étale sur 4 ans (de janvier 2019 à janvier 2023.). Il cible 12 pays du Sahel et du lac Tchad (Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Ghana, Guinée, Côte-d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad). Son objectif principal est d’améliorer l’employabilité des jeunes par des mesures ciblées de formation technique et professionnelle et de renforcer les compétences des PME. Dans ce contexte, 5600 jeunes seront formés (dont au moins 40 pour cent de femmes et 30 pour cent parmi les rapatriés), outre 6.000 insérés sur le marché du travail.

DPA

Leave A Reply

Your email address will not be published.