Banner

La Côte d’Ivoire, premier pays d’Afrique à adopter une procédure pour identifier et protéger les personnes apatrides (HCR)

0

La Côte d’Ivoire abrite l’une des plus importantes populations d’apatrides au monde.

La Côte d’Ivoire est devenue le premier pays d’Afrique à adopter une procédure pour identifier et protéger les personnes apatrides, une procédure qui permettra de protéger des milliers de personnes dépourvues de nationalité dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. L’information a été annoncée, le 4 septembre 2020, par le « Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés » (HCR).

« C’est une avancée significative. Nous nous félicitons de l’action audacieuse de la Côte d’Ivoire et de son engagement ferme à lutter contre ce phénomène », a déclaré la Directrice adjointe du Bureau du HCR pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Aïssatou Ndiaye. Le 2 septembre 2020, la Côte d’Ivoire a signé deux arrêtés établissant formellement les procédures qui régulariseront le statut des apatrides, a annoncé le HCR.

Selon le HCR, la reconnaissance officielle du statut d’apatride permettra à des personnes qui n’avaient, jusqu’alors, aucune existence légale reconnue, de recevoir des documents d’identité, de s’inscrire à l’école, d’accéder aux services de santé, de rechercher un emploi formel, d’ouvrir un compte bancaire ou d’acheter des terrains. « Ce progrès important aidera à protéger les apatrides, en leur permettant d’exercer leurs droits fondamentaux, qui sont restés hors de leur portée depuis des décennies », a précisé Aïssatou Ndiaye.

La Côte d’Ivoire abrite l’une des plus importantes populations d’apatrides au monde. Une étude menée en 2019 par les autorités ivoiriennes et appuyée par le HCR a identifié 1,6 million de personnes comme étant apatrides ou risquant de le devenir. Les risques pour les apatrides sont accrus avec la pandémie de la Covid-19, car ils peuvent être laissés en marge des efforts nationaux de prévention et de lutte contre le coronavirus ou parce qu’ils sont dans l’incapacité d’accéder à des soins médicaux s’ils tombent malades, a souligné le HCR. « La Côte d’Ivoire montre l’exemple à suivre aux autres pays d’Afrique », a déclaré Angèle Djohossou, représentante du HCR en Côte d’Ivoire.

Leave A Reply

Your email address will not be published.