Banner

Fin de l’impunité en RDC: l’arrestation d’un ex-chef rebelle suscite l’espoir

0

L’arrestation en France de l’ex-chef rebelle congolais Roger Lumbala soulève l’espoir de mettre fin à l’impunité en République démocratique du Congo ravagée par deux guerres il y a plus de 20 ans, et toujours meurtrie par des exactions de dizaines de groupes armés dans l’est.

Âgé de 62 ans, l’ancien chef du groupe rebelle Rassemblement congolais pour la démocratie nationale (RCD/N) a été mis en examen samedi par un juge antiterroriste pour « complicités de crimes contre l’humanité » commis en 2002 en RDC. Il a ensuite été incarcéré.

En vertu d’une « compétence universelle » pour les crimes les plus graves, la justice française a la possibilité de poursuivre et de condamner les auteurs et les complices de ces crimes lorsqu’ils se trouvent sur le territoire français.

« L’arrestation et la mise en examen de M. Roger Lumbala à Paris est un pas important pour la justice internationale et la lutte contre l’impunité dont de nombreux auteurs présumés congolais et étrangers continuent de bénéficier », s’est félicité mardi dans un communiqué le prix Nobel de la paix congolais, le célèbre gynécologue Denis Mukwege.

« C’est un signal fort que ces crimes ne resteront pas impunis » s’est pour sa part réjoui auprès de l’AFP Jean-Claude Katende de l’Association africaine des droits de l’Homme (Asadho). Cependant, Roger Lumbala est considéré comme « du menu fretin », regrette-t-il.

« Il faut traquer les vrais commanditaires (de ces crimes) qui sont aujourd’hui dans les institutions congolaises », plaide M. Katende.

Il a invité la justice congolaise à « multiplier des procès en présence des victimes dans les milieux où ces crimes ont été commis ».

« Les autorités judiciaires françaises ont commencé à faire le ménage qui était attendu depuis longtemps », s’est félicité quant à lui auprès de l’AFP Thierry Vircoulon, de l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), Roger Lumbala, ancien député d’opposition, dirigeait le RCD/N qui avait son fief dans la province du Haut-Uèle (nord-est).

Ce groupe armé, fondé en 1998, a été accusé dans plusieurs rapports des Nations unies de viols, exécutions sommaires, enlèvements, mutilations et cannibalisme dans l’Ituri (Nord-Est), principalement contre les ethnies Nande et Twa (Pygmées).

M. Lumbala avait réfuté ces accusations dès un premier rapport de l’ONU en 2003.

– Espoir douché –

Sans faire l’objet de poursuites judiciaires pour ces crimes, M. Lumbala avait hérité du ministère du Commerce extérieur dans le gouvernement de transition mis en place en 2003 afin de réunifier la RDC et mettre fin à la deuxième guerre du Congo.

L’année suivante, il avait été démis de ses fonctions, accusé de corruption.

Plusieurs années après, un rapport choc de l’ONU rendu public en 2010 documentait plus de 600 violations des droits de l’homme (viols systématiques, tueries…), surtout pendant les deux guerres du Congo (1996-1997 et 1998-2003). Roger Lumbala et plus d’une centaine de personnalités congolaises et étrangères y sont cités.

Ces deux guerres du Congo ont connu la participation des armées régulières des pays voisins de la RDC et d’autres régions du continent, notamment d’Afrique australe.

L’espoir suscité par l’arrestation de Roger Lumbala est cependant douché par des initiatives qui n’encouragent pas la fin de l’impunité.

Vingt-trois personnes condamnées pour l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila, tombeur du dictateur Joseph-Désiré Mobutu (1965-1997) et acteur central des deux guerres du Congo, ont été libérés après une grâce présidentielle accordée par le président Tshisekedi en pleine crise avec le camp de son prédécesseur et fils du défunt président, Joseph Kabila.

« Pendant que la justice français arrête, au Congo on libère des condamnés pour porter la bonne parole en Ituri (nord-est), ce qui n’est pas une bonne idée », regrette Thierry Vircoulon. Au Congo, les autorités ont libéré et dépêché d’ex-condamnés pour des crimes de guerre commis en Ituri en mission de pacification.

Depuis près de trois décennies, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont toujours actifs dans l’est congolais.

Le 31 décembre, au moins 25 civils ont été tués par des combattants du groupe Forces démocratiques alliés (ADF) d’origine ougandaise.

La justice militaire congolaise a organisé quelques procès et des chefs de guerre ont été condamnés. Le 23 novembre, Tabo Taberi alias Sheka, ancien chef du groupe armé Nduma Defence of Congo, a été condamné à perpétuité.

Afp

Leave A Reply

Your email address will not be published.