Banner

Sénégal : Traduction en 14 langues nationales de la loi criminalisant le viol et la pédophilie

0

Cette loi « augmente la sévérité des peines encourues par les auteurs de viol et de pédophilie ». En 2019, le Sénégal a enregistré plus de 1200 cas de viol, selon des statistiques relayées par ONU Femmes.

Le Sénégal est en train de traduire dans 14 langues nationales une nouvelle loi criminalisant le viol et la pédophilie, a annoncé récemment la ministre sénégalaise de la Femme, de la Famille, du Genre et de la protection des enfants, Ndèye Saly Diop Dieng. Cette loi « est en train d’être vulgarisée avec sa traduction dans 14 langues nationales codifiées, pour que nul n’en ignore », a déclaré la ministre, citée par l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Votée par le parlement sénégalais, le 30 décembre 2019, et promulguée par le président Macky Sall, le 10 janvier 2020, la loi en question « augmente la sévérité des peines encourues par les auteurs de viol et de pédophilie », selon ONU Femmes.

Avant sa promulgation, le viol était considéré, au Sénégal, comme un « simple délit passible de cinq à dix ans de prison ». « Désormais, les auteurs de viol et d’actes pédophiles seront jugés par la chambre criminelle et risquent une peine allant jusqu’à la réclusion à perpétuité », d’après la même source.

Après des années de plaidoyer pour faire voter cette loi, le combat n’est pas terminé, a fait remarquer la féministe Khaira Thiam, psychologue et psychothérapeute à Dakar. « Le premier combat, c’est l’applicabilité effective de cette loi avec une mise en conformité des tribunaux pour que ces dossiers puissent être pris en charge correctement. L’autre volet du combat consiste à travailler sur les questions de prise en charge », a-t-elle déclaré à RFI.

En 2019, le Sénégal a enregistré plus de 1200 cas de viol, selon des statistiques relayées par ONU Femmes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.